jocrisse


jocrisse

jocrisse [ ʒɔkris ] n. m.
• 1618; n. pr. 1587; nom d'un personnage de théâtre
Vx Benêt qui se laisse mener. niais, nigaud; jobard.

jocrisse nom masculin (de Jocrisse, nom propre) Littéraire. Benêt ridicule qui se laisse mener par le premier venu. ● jocrisse (synonymes) nom masculin (de Jocrisse, nom propre) Littéraire. Benêt ridicule qui se laisse mener par le premier venu.
Synonymes :
- bêta (familier)
- godiche (familier)
- gogo (familier)

JOCRISSE, subst. masc.
Péjoratif
A. — Personnage du théâtre comique, caractérisé par la niaiserie et la crédulité. Que veut dire cette farce, Monsieur? Suis-je un polichinelle, un Jocrisse, un Pierrot, pour que vous vous permettiez un tour pareil? Me planter là au pied d'un arbre! (SÉGUR, Auberge ange gard., 1863, p. 229). Et sur les tréteaux de la façade (...) le jocrisse enfariné au nez de rubis (ARNOUX, Zulma, 1960, p. 64) :
1. Ces grotesques aux cheveux gras, aux faces plates trouées par de larges narines lui donnaient la joie d'une moquerie. Ils ne semblaient guère des soldats cruels, mais de piteux jocrisses dignes de recevoir le coup de pied de Bobèche sur les tréteaux du boulevard.
ADAM, Enf. Aust., 1902, p. 138.
B. — Homme jugé niais parce que, se livrant à des tâches réputées féminines, il est présumé se laisser mener par sa femme. Grimpe là-haut, jocrisse (...) et descends nous la corbeille, les écrins, tous les bibelots de ma fille (LABICHE, Chapeau paille Ital., 1851, V, 3, p. 116). La fille qui se sachant aimé[e] d'un jocrisse (...) pousse l'audace et réussit à être le maître dans le ménage (DUSSORT, Mém., Ménage, 1929-34, dép. par G. Esnault, 1953, p. 6) :
2. — Tu vas prendre froid. Veux-tu de la tisane? — Il ne manquait plus que cela! — Mais qu'est-ce que tu as, Gilbert? — Ce que j'ai? J'ai que je commence à comprendre combien je suis ridicule. Il parlait d'une voix brève, sans la regarder. — Ridicule, avec mes discours idiots, mes projets d'enfant. Changer, mener une vie nouvelle... jocrisse!
ARLAND, Ordre, 1929, p. 379.
P. ext. Personnage falot, ridicule par sa niaiserie, sa faiblesse. Et ce capitaine charentonesque me mènerait en bateau? Je suis un jocrisse, un toutou. Après tout, il suffirait de parler haut (AUDIBERTI, Quoat, 1946, 2e tabl., p. 53) :
3. ... nous serons tout ébahis de voir sortir de nos maisons d'éducation de Paris où les maîtres les plus distingués enseignent, suivant des méthodes parfaites, l'état le plus avancé des sciences, des dandys, des espèces de jocrisses qui ne savent que bien mettre leur cravate et se battre avec élégance au bois de Boulogne.
STENDHAL, Amour, 1822, p. 141.
Jocrisse de. Un apothicaire aux formes trapues (...) secoue par sa cravate une espèce de valet imbécile, jocrisse de la domesticité (GAUTIER, Guide Louvre, 1872, p. 343).
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1718. Le plus souvent avec une minuscule; majuscule ds SÉGUR, loc. cit. Étymol. et Hist. 1587 (CHOLIÈRES, Après-dinées, I ds Œuvres, éd. E. Tricotel, t. 2, p. 51 : c'est dommage que vous n'avez nom Jocrisse, je crois qu'il vous feroit fort bon veoir mener les poules pisser); 1618 (Les differents des poules et des chapons, Variétés hist. et littér., IV, p. 281 : Les chapons ... ne servoyent que de jocriz tant a taster qu'a mener les poules pisser). Prob. altération du m. fr. joque sus, subst. « homme mou, sans force, niais, benêt » (1480-90 G. COQUILLART, Monologue des perruques, éd. M.J. Freeman, p. 300, 249 : Coquins, nyais, sotz, joques sus), proprement « [il] demeure là-dessus » c'est-à-dire « [il] demeure là inactif », formé de joque, forme verbale de joquier, var. normanno-pic. de jochier au sens de « être au repos, demeurer coi, attendre », v. jucher, et de sus. Fréq. abs. littér. : 27.
DÉR. Jocrisserie, subst. fém., péj. a) Caractère d'un personnage niais. Étonnante jocrisserie des occultes (!) qui ont besoin de rites et de grimoires pour sentir la présence du démon, et qui ne voient pas le satanisme, — à crever les yeux, — de leur épicier, par exemple (BLOY, Journal, 1895, p. 190). Je n'aime pas la bêtise, l'imbécillité servile, la jocrisserie (LÉAUTAUD, Journal littér., 3, 1910-21, p. 249). b) Action ou propos digne d'un jocrisse. Quand j'ai vu le Rhin, de Mayence à Cologne, je me disais à tout moment cette jocrisserie : « Cela n'est pas comme la Néva, devant le quai de la Cour!... » (BALZAC, Lettres Étr., t. 2, 1843, p. 208). []. 1re attest. 1843 (BALZAC, loc. cit.); de jocrisse, suff. -erie.
BBG. — PAULI 1921, p. 81, 89.

jocrisse [ʒɔkʀis] n. m. et adj.
ÉTYM. 1618; comme nom propre, 1587; nom propre d'un personnage du théâtre comique, type de benêt, à rattacher à l'anc. franç. joque sus, n. m. « benêt », proprt joque (juche) dessus « reste à attendre ».
1 N. m. Vx ou littér. Benêt qui se laisse mener, qui s'occupe des menus soins du ménage. Benêt, niais, nigaud, sot. || « C'est un Jocrisse qui mène les poules pisser » (Furetière, repris du premier emploi, 1587).
1 Je ne l'aimerais point (un mari) s'il faisait le jocrisse (…)
Molière, les Femmes savantes, V, 3.
1.1 Mais si l'amabilité est si funeste à ceux qui la pratiquent, envers les domestiques elle se présente comme un fait si exceptionnel que les domestiques d'une maison bourgeoise où vous venez quelquefois dîner et avec qui vous êtes aimable, quoique vous leur ayez donné des étrennes (…) vous considèrent comme une sorte de jocrisse, de lâche ou de faible d'esprit (…)
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 668.
2 N. m. Vx. Valet niais, maladroit, ridicule.
2 Il avait pour tout domestique une espèce de Jocrisse, garçon du pays, assez niais, façonné lentement aux exigences de du Bousquier qui lui avait appris, comme à un orang-outang, à frotter les appartements, essuyer les meubles, cirer les bottes, brosser les habits (…)
Balzac, la Vieille Fille, Pl., t. IV, p. 229.
3 Adj. Benêt. || Il, elle est un peu jocrisse.
3 Shannon avait une belle désinvolture irlandaise, et un bagout qui désarmait. Kent était plus terne, plus jocrisse, plus honnête.
Paul Morand, Bouddha vivant, p. 101.
DÉR. Jocrisserie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jocrisse — Jocrisse. Jocrisse est un personnage de comédie. L’un des nombreux types du valet bouffon, Jocrisse est particulièrement l’incarnation populaire de la niaiserie et de la maladresse. Sa bêtise est inoffensive, elle est si complète qu’elle suffit… …   Wikipédia en Français

  • Jocrisse — Jocrisse, eine der lustigen Figuren oder Nationalspaßmacher, die den Pariser Pöbel durch ziemlich derbe Possen auf offener Straße ergötzen. Ein würdiges Seitenstück zum Polichinell der Marionettenbuden, dem Gilles der Wunderdoctoren und dem… …   Damen Conversations Lexikon

  • Jocrisse — (spr. Schokriß), lustige Figur der französischen Straßenkomödie; ein dummer, tölpischer Bedienter aus der Provinz, begleitet er meist einen Tausendkünstler od. Taschenspieler, welcher das Publicum durch tölpelhafte Possen anlockt, trägt meist… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Jocrisse — (franz., spr. schokriß , vielleicht von joquer, »faulenzen«), seit 1588 nachweisbar als lustige Figur der franz. Straßenkomödie, meist einen tölpischen Bedienten aus der Provinz vorstellend, der einen Taschenspieler etc. begleitet und das… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • jocrisse — (jo kri s ) s. m. 1°   Terme injurieux. Benêt se laissant gouverner, ou s occupant des soins du ménage qui conviennent le moins à un homme. •   Si j avais un mari, je le dis... Je ne l aimerais point s il faisait le jocrisse, MOL. Fem. sav. V, 3 …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • JOCRISSE — s. m. T. injurieux. Il se dit d Un benêt qui se laisse gouverner, ou qui s occupe des soins les plus bas du ménage. C est un jocrisse. Il est populaire.  Il se dit aussi d Un valet niais et maladroit …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Jocrisse — Jo|crisse* [ʒɔ kris] der; , n [...sən] <aus gleichbed. fr. jocrisse, eigtl. »Einfaltspinsel, Trottel«> komische Figur des franz. Straßentheaters …   Das große Fremdwörterbuch

  • JOCRISSE — n. m. T. de moquerie Benêt qui se laisse mener par le premier venu …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • C’est un jocrisse. — (qui mène les poules pisser). См. Жокрис …   Большой толково-фразеологический словарь Михельсона (оригинальная орфография)

  • Dorvigny — Louis François Archambault, dit Dorvigny, né le 30 mars 1742 à Paris où il est mort le 5 janvier 1812, est un romancier, dramaturge et acteur comique français, inventeur du janotisme. Louis François Archambault, qu’on disait… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.